wonderWonder, 2012
traduit de l'anglais (US) par Juliette Lê

Pocket Jeunesse, janvier 2013, 410 p.

♥♥♥♥♥

August est né avec une malformation faciale - n'ayons pas peur des mots : son visage était en bouillie. A dix ans, il a déjà subi de nombreuses opérations qui ont amélioré ses fonctions nutritives et respiratoires, certes, mais guère son apparence. Il est peu sorti de chez lui, sa mère lui donnant des cours particuliers. A la veille de l'adolescence, il serait peut-être temps de se frotter vraiment aux autres, et d'entrer au collège ? Cette perspective effraie autant August que ses parents, qui l'ont toujours surprotégé.

Sur les cent premières pages, soit le quart du livre, je me suis demandé ce que j'étais venue faire dans ce roman jeunesse naïf et dégoulinant de bons sentiments. Le premier narrateur est August, et malgré toute la compassion que l'on est censé éprouver pour ce qu'il doit encaisser des autres (dégoût, rejet, brimades), pas moyen de ressentir au mieux de la pitié, au pire de l'agacement. Le propos m'a semblé devenir plus consistant avec la succession des différents témoignages de proches de l'enfant. Le roman ouvre alors des réflexions intéressantes : la place dans une fratrie lorsque l'un monopolise l'attention parentale, le conformisme au collège et les phénomènes de domination/popularité, l'importance de l'amitié, le courage et la ténacité, etc.

Rien de bien nouveau malgré tout dans ce roman sur le handicap et sur la différence en général, les bons ouvrages en littérature jeunesse sur ces deux sujets ne manquent pas.

Horloge 14 & 15 juillet 

--- PS : "Editions Pocket", ce n'est pas censé désigner une édition en format poche ? et donc un prix largement inférieur à 18 € ??