tt ira

MARAbulles, 5 septembre 2018, 176 p.

♠♠♠♠

Je n'avais pas l'intention de célébrer Halloween hier, même pas en regardant le génial 'Rosemary's Baby' pour la 8e fois (je boude R. Pédoski). Mais je suis tombée sur une histoire de sorcière. Une maman-sorcière qui vous pourrit la vie en continu, plusieurs fois par jour, à vous rendre dingue. D'ailleurs ça a plombé mes rêves, cette nuit…

Alice et James ont recueilli les parents de la jeune femme dans leur appartement parisien.
Avant de pleurer, précisons que ledit logement s'étale sur 250 m2, et que le couple vit à mi-temps à Londres. C'est dire si :
1/ ils ont de la thune
2/ ils ne sont pas collés aux deux vieux.

Mais si le papi est discret et cool, la mémé, aussi bête que méchante, a un pouvoir invasif phénoménal. Visiblement, elle a toujours été aussi toxique, c'est à se demander pourquoi Alice a été assez bête pour introduire le loup dans la bergerie.
Des exemples : elle demande de l'argent à la femme de ménage, invite vos soeurs et leur marmaille dans vos pièces, raconte à tous qu'elle vous paie un loyer, etc. 
Quand Alice s'énerve et la recadre (trop rarement), sa mère joue l'innocence ou l'insulte. Douche écossaise.

Très déçue par cette histoire caricaturale - même si cette vieille femme toxique est totalement crédible.
J'attendais beaucoup plus de finesse sur la cohabitation difficile entre générations, sur l'accompagnement des personnes âgées qui ne peuvent plus vivre chez eux de façon autonome.

Sur ce sujet, lire plutôt le subtil Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ? (Roz Chast).

PS : le trait est plutôt agréable, mais la typo dans les phylactères géométriques déroute, met à distance, fait penser à un roman feuilleton des années 60, et je n'ai pas compris les taches de couleurs.

___

agenda2

31 oct. - emprunt mdtk