les frèresKurokawa, Kuri Savoir, 9 janvier 2020, 320 p.

Viens petit lecteur dans mon premier manga.
Je te redistribue les swings et les uppercuts.
Chez les Karamazov, ça fait :
PLAAAM
TAAC
AH ! AH !
VAF
PAF PAF
FOUTCH FOUTCH
PLAF

Ou, en version bilingue :
PLAAAM [placage au sol]
TAAC [choc à la tête]
AH ! AH ! [peur & douleur]
VAF [coups]
PAF PAF [re-coups]
FOUTCH FOUTCH [corps assommé traîné au sol]
PLAF [gros coup de pied qui envoie valdinguer deux types quelques marches plus bas]

Vu les bruits, on aurait aussi bien pu imaginer une scène de Q, mais non, c'est juste une petite baston familiale entre hommes qui règlent des différends classiques (fric, pouvoir, femmes...).

Voilà, j'ai lu mon deuxième pavé de Dostoïevski, après Crime & Châtiment, patiemment découvert (et apprécié) au milieu des 1990's.
Cette version de Les Frères Karamazov n'est pas un pavé puisqu'il s'agit d'une adaptation en manga dans la collection KuroSavoir.
Trois cents pages de texte illustré au lieu de mille sans dessins, j'y ai gagné en temps et sans doute en clarté, même si j'ai dû m'adapter à la lecture en format manga, et chasser l'impression de regarder les Cités d'Or, tant les visages semblent juvéniles.

Comme dans Crime & Châtiment, il est question de conscience, de culpabilité, de pardon, de bien et de mal.
La foi est également amplement questionnée.
J'aurais presque envie de me plonger dans le roman, parce que ces sujets sont passionnants, mais d'après LiliGalipette c'est aussi digeste qu'un « sandwich à la purée », alors... 🤨🤪🤢 😉


Bien pour collégiens & lycéens, je pense.

___

agenda2

11 & 12 janv. - merci à Babelio et aux éditions Kurokawa


Les premières lignes du billet se réfèrent à un tube de 1967, mais je n'ai pas envie de citer ma source.
Cet "artiste" aurait été pédo, lui aussi, et incestueux en prime
(une information à prendre au conditionnel, évidemment...).
Allez, pour le plaisir des yeux, la mythique BB avant qu'elle essaye de se mettre à réfléchir :