un_p_re_en_col_re

Coup de poing ! L'enfer en famille...

Stéphane est un père au bout du rouleau. Revenir dans la maison de son ex-femme, c'est comme entrer dans la tanière du loup. Léa et Fred, leurs deux enfants adultes, y imposent leur loi, leur mode de vie de dealers toxicos, leur meute de "chiens méchants". La mère vit avec eux, mais est recluse dans sa chambre, impuissante. Elle se réfugie dans les souvenirs, fuit tant bien que mal l'horreur en regardant inlassablement sur les vieilles photos leurs bouilles rieuses de gamins épanouis... Entre bourreau et victime, Léa et Fred ont dû choisir leur camp dès le début de l'adolescence, dans cette banlieue difficile et sans pitié, soumise à la loi du plus fort. 

L'auteur happe immédiatement son lecteur, l'immerge dès les premières lignes dans la peur et la souffrance de parents totalement dépassés, dans la violence de grands adolescents à la dérive. Le ton est sombre, brut, acide. J-S Hongre assène une vision très pessimiste de la jeunesse des banlieues-ghettos, de la difficulté d'être éducateur (père, mère, prof). Il griffe au passage les dangers pernicieux d'internet, le pouvoir destructeur des médias pour qui a le malheur de tomber entre leurs pattes. 
La rage est là, on la vit, on la partage, on s'identifie forcément à ces parents en détresse. Alors on essaie de se mettre à distance pour se protéger : "Non, nos enfants n'ont pas subi de telles épreuves, pas de panique"... 
Le trait est peut-être forcé, mais "être en colère", comme le père de ce roman, c'est tomber dans les excès, noircir le tableau. En cela, cet ouvrage est parfaitement réussi : message reçu, comme un hurlement, un uppercut.

L'intensité et la noirceur m'ont rappelé les récits de Marie Neuser.

 Pouce levé  16/20 - Horloge  20 & 21 avril

Un père en colère, Jean-Sébastien Hongre, Max Milo, 21 mars 2013, 250 p.

Un très grand merci à Babelio et aux Editions Max Milo pour cette découverte choc.