les vieux

Dargaud, avril 2014, 56 p.

Lucette vient de mourir. Après cinquante ans de vie commune, Antoine est chamboulé, forcément. Il a toujours vénéré cette femme lumineuse que tout le monde admirait. A quelque chose malheur est bon, les obsèques sont l'occasion pour Antoine de retrouver ses deux vieux copains. Ils étaient brouillés, vie de couple et camaraderie ne sont pas toujours conciliables.
Le trio infernal n'a plus la jeunesse mais a gardé la fougue. Ça papote, ça se souvient, les reparties fusent, ils s'aiment et sont solidaires, c'est clair, mais ne se loupent pas. De quoi donner au veuf un coup de pied aux fesses et le relancer dans le tourbillon de la vie.

On trouve de tout dans ce joyeux bazar : aveu, chagrin, rancoeur, amitié, douce nostalgie, théâtre de marionnettes, road-trip, fou du volant, femme enceinte et ses zig-zag hormonaux, syndicalisme, années 60.
Mais sous ses airs foutraques, le récit s'ordonne à la perfection. Surprises, rebondissements, tendresse bourrue, détails, traits de génie, émotion et beaucoup, beaucoup d'humour - ah les dialogues et le ton ! Ceci sans répit, en simultané ou en alternance. Plusieurs tours de manège de rigolade attendrie.

Fusion d'un génie du scénario et d'un illustrateur de talent dans ces Vieux Fourneaux. Alchimie, travail d'orfèvre...
Wilfrid Lupano confirme son talent, avéré dans Ma Révérence.

Horloge 18 juillet

Un grand merci à Laure et aux éditions Dargaud.