et je danseFleuve éditions, 2015
Pocket, 4 février 2016, 311 p.

bond-mou

Pierre-Marie Sotto, la soixantaine, est en mal d'inspiration depuis qu'il a obtenu le prix Goncourt : il « ne croit plus en ses personnages, qui l'emmerdent une fois esquissés. »
Peut-être est-il particulièrement difficile de se remettre à l'écriture après une telle consécration, mais ce n'est pas l'unique raison de la panne pour cet auteur, encore en plein chagrin d'amour - ou questionnement.
Lorsqu'il reçoit une grosse enveloppe d'une certaine Adeline, Pierre-Marie lui répond froidement par mail. Non, il ne lit pas les manuscrits de ses fans, autre chose à f*****. La jeune femme ne se laisse pas intimider et bientôt, chacun devient accro à ces échanges virtuels - on comprend si on a soi-même vécu une telle expérience (amicale ou amoureuse) et qu'on s'est trouvé des affinités avec son interlocuteur.

Oui mais voilà, dans la vraie vie, on s'en tient souvent à des échanges 'spirituels', alors que dans les romans, ça finit très souvent par une histoire sucrée, voire épicée. Cette quasi-certitude agaçante de connaître la fin avant de commencer m'a longtemps fait différer cette lecture et en a gâché le début. Mais le style (simple) est agréable et la forme épistolaire tellement entraînante que j'ai fini par passer outre. Quelques mièvreries peut-être lorsque nos deux correspondants commencent à mieux se connaître, des conseils 'feed-good' neuneus, au tiers du livre, et puis j'ai été harponnée par le suspense, il devenait urgent de savoir qui ? quoi ? pourquoi ? comment ? etc. Urgent au point de lire jusqu'au petit matin alors que le lendemain, lundi, on est attendu de pied ferme par ses collègues...

Même si je ronchonne ici ou là dans ce billet, j'ai dévoré ce livre drôle et tendre avec gourmandise, me suis amusée à me demander comment les deux auteurs avaient travaillé, si chacun avait rédigé les mails de quelques personnages en particulier.
Et je remercie :
Cécile/Latina dont le billet enthousiaste et appétissant m'a donné envie de sortir ce livre de ma PAL
- et Marina, dont le projet de lire ce roman à très court terme m'a collé le petit coup de pied nécessaire pour m'y mettre vite.

agenda 11 septembre