des hommes

mancusoKlincksieck, De Natura Rerum, 19 septembre 2016, 220 p.

lu par Mr

L'auteur dresse le portrait de douze hommes qui ont marqué la botanique.
Si Darwin et Mendel font partie des savants célèbres que je m'attendais à trouver ici, j'ai été surpris de rencontrer des personnalités connues pour des réalisations dans d'autres domaines (Rousseau, Goethe, Léonard de Vinci…). Je ne connaissais pas plus de la moitié des personnages présentés, n'ayant jamais entendu parler par exemple de G. W. Carver, Nicolai Ivanovith Vasilov, Blackley, E.W. Bull - qui méritent bien de figurer dans cet ouvrage tant leurs parcours et/ou leurs travaux sont originaux.

Carver (1864-1943) ancien esclave, fût l'un des premiers noirs américains à obtenir la reconnaissance pour ses travaux, malgré sa couleur.
Vasilov (1887-1943) illustre les dégâts causés par la mégalomanie et la paranoïa de Staline, dont les théories politiques primaient sur la connaissance scientifique (les thèses qui ne convenaient pas à ses présupposés politiques étaient qualifiées de « déviances bourgeoises », et leur défenseurs d'ennemis de la patrie).
D'Ephraïm Wale Bull (1806-1899), je retiens l'épitaphe qu'il fit graver sur sa tombe, révélatrice du personnage : « Il a semé, d'autre ont récolté ».
Je ne connaissais pas les observations et les réflexions de Darwin (1809-1882) au sujet d'une orchidée aux dimensions inhabituelles ni celles relatives au rôle des extrémités radiculaires.
Pour moi, Rousseau et Goethe (1749-1832) étaient philosophes et écrivains, et non botaniste ou scientifique.
Et je n'ai pas honte de l'avouer, l'amorphophallus titanum décrit par Beccari m'a impressionné…

Que je connaisse ou non le personnage présenté, ou son oeuvre, l'auteur m'a à la fois instruit et passionné. Ses propos sont très abordables, quel que soit le niveau de connaissance du lecteur en biologie ou en botanique. Mon seul reproche envers cet essai résulte de sa concision : j'aurais aimé en savoir plus sur les douze savants présentés et en découvrir d'autres…
Quant à l'absence de femme dans ce panorama de savants, elle découle probablement du peu de place qui leur a été laissée dans ce domaine de la recherche, comme dans de nombreuses autres disciplines scientifiques…

Merci à Babelio et aux éditions Klincksieck pour cette découverte enthousiasmante !