dans la plaineEdilivre, 14 octobre 2016, 100 p.

PR

 ■  lu par Canel

♥♥

Quatre garçons dans le vent - le vent version 'tempête', pas 'haut de l'affiche'.
Franck et Samir sont intermittents du spectacle. Les occasions de jouer sont rares quand on vit dans un petit triangle < bar-maison-discothèque > dans les Deux-Sèvres des années 90. Ils rêvent d'ouvrir un théâtre, chez eux, à la campagne. Un projet fou ? En attendant les castings et les rôles, ils montent des petites pièces avec leurs copains de toujours Antoine et Alex, dépriment, boivent, font la fête mais le coeur n'y est pas - le troquet et la boîte, c'est plutôt pour s'étourdir, pour oublier l'avenir bouché et les échecs sentimentaux.

A la lecture, j'imaginais que l'auteur avait mis beaucoup de lui-même dans le personnage de Franck - ça m'a fait peur. Cet « artiste maudit que personne ne veut comprendre », ce « branleur de théâtreux de merde » (sic) ne va pas bien, il vit mal ses échecs, boit trop, devient agressif et semble filer droit dans le mur...
Un des rebondissements de la fin, aussi sordide soit-il, m'a rassurée : ouf, tout n'est pas autobiographique, c'est une fiction, je peux prendre du recul. Enfin une brèche dans la noirceur de ce récit ! Je m'y suis engouffrée, de même que je regardais de temps en temps la couverture en me raccrochant au petit coin de ciel bleu en haut à droite.

Cette histoire sombre se lit d'une traite. On ressent bien l'ambiance de l'ouest rural des 90's, et si les personnages n'inspirent pas tous la sympathie, ils ressemblent à ce que l'on peut être à trente ans, quand on est essoufflé de courir après ses rêves.
La plume est agréable, et quelques scènes, très visuelles, rappellent un décor de théâtre. Je me suis arrêtée sur celle-ci, notamment : « Le village s'est endormi. De dehors, on aperçoit Franck et Sarah qui quittent la cuisine en éteignant la lumière. Au premier étage, la chambre s'allume sous le ciel et ses étoiles. Une journée de plus, ou une journée de moins, c'est comme on veut. »

J'ai apprécié les références musicales. Ayant le même âge que l'auteur, je partage l'amour de Franck pour 'Police and Thieves' (The Clash), celui de Samir pour Radiohead. Encore des parenthèses bienvenues dans cette lecture, je suis allée ré-écouter les morceaux cités...

agenda 4 déc. - merci L. ! 😊

 ■  et Mr

♥♥

Franck a grandi dans un village des Deux-Sèvres. Il y vit toujours à trente ans passés, dans les années 90. Il joue dans une petite troupe de comédiens. Avec son grand ami Samir, ils rêvent de monter une salle de théâtre. Le statut d'intermittent du spectacle leur permet difficilement de réunir les fonds nécessaires à ce projet, et l'éloignement de toute grande métropole ne les aide pas. Franck semble traverser une mauvaise passe, pas seulement sur le plan professionnel. Le couple qu'il forme avec Sarah commence à battre de l'aile. Les fêtes entre copains lui permettent d'oublier momentanément ces soucis mais n'arrangent pas les choses, au contraire.

J'ai particulièrement apprécié le personnage de Samir, la manière dont l'atmosphère du village est rendue, et le regard critique de l'auteur sur ces virées entre amis. L'alcool qui y coule à flots révèle avec acuité les caractères des personnages, leurs forces et surtout leurs faiblesses... J'ai trouvé le propos d'autant plus juste que j'y ai reconnu les traits de quelques personnes de mon propre village natal, pas si éloigné des Deux-Sèvres.

Un premier roman concis (moins de cent pages), et prometteur.

►  Extrait : « C'est bizarre, les Deux-Sèvres, c'est tout allongé, tout étiré ; avec le nord en haut, donc froid, gris, triste, croyant catho, et le sud, en bas, un peu moins froid, un peu moins gris, plus sec - excepté les Marais Poitevins quand même -, croyant protestant, et triste aussi, quand on y réfléchit bien. Là, on va dire que je caricature, que je force le trait, que j'écris avec des moufles. Ou des gants de boxe… »

💀 challenge polars & thrillers 2016-2017 chez Sharon - 22e  💀

logo sharon polar 201617