la tresse

Grasset, 10 mai 2017, 225 p.

laet

♥♥♥♠♠

J'ai une copine (virtuelle, elle ne veut pas me voir 😢) qui adore les blagues Carambar sur un coin de toile cirée, genre : « Tu préférerais t'appeler Ella Stick ou Maud Zarella ? » 😏

Quel rapport avec ce roman ?

Eh bien en découvrant les destinées de Smita, Giulia et Sarah, on ne cesse de se demander laquelle de ces trois femmes on préférerait être (ou ne pas être, plutôt). L'Intouchable indienne qui ramasse des déjections humaines à la main ? La jeune Sicilienne qui doit prendre la relève de son père à la tête d'une entreprise artisanale ? Ou la wonder-woman canadienne over-deborded qui sacrifie, pour sa brillante carrière, enfants, maris, et santé ? 
Difficile de choisir, on se contenterait volontiers des pauses méridiennes coquines dans la grotte avec Kamal, et point barre. Pour tout le reste, je préfère de loin rester moi, ici et maintenant.

Une jolie histoire, un peu trop simple malgré l'entrelac bien trouvé - mais un brin tiré par les cheveux. 
La plume est facile et les métaphores éculées abondent :
« [Elle] se dévêt. Sa robe d'été glisse à ses pieds. [Il] reste immobile, figé comme devant une fleur qu'on hésite à cueillir de peur de l'abîmer. »
« Seul compte l'instant présent, ce moment où leurs corps s'entrelacent pour ne plus faire qu'un, telles deux pièces d'un puzzle se fondant l'une dans l'autre, parfaitement. »
« Dans sa tête, les questions se mettent à tournoyer. Son imagination galope, comme un cheval fou qu'on aurait libéré. »
« Hannah, en particulier, est si sensible. Elle vibre comme une feuille au moindre souffle d'air. »

Mais j'ai tort de chercher des petits poux dans cette jolie tresse, et je conseille cette lecture à tout le monde, au moins pour découvrir la terrible condition des Dalit. « De ceux que Gandhi appelait les enfants de Dieu. Hors caste, hors système, hors tout. Une espèce à part, jugée trop impure pour se mêler aux autres, un rebut indigne qu'on prend soin d'écarter [...] Ils sont des millions à vivre en dehors des villages, de la société, à la périphérie de l'humanité. »

A faire lire à nos 'pauvres petites filles riches', si on arrive à les convaincre de lâcher trois heures leurs précieux écrans pour un livre...

___

agenda2

 31 janv. & 1er fév.