a cause

Flammarion, 3 avril 2017, 160 p.

♥♥

« Nathalie se situe à l'exact mitan entre Boucle d'Or et Anaïs Nin », annonce l'éditeur.

D'Anaïs Nin, je ne connais que la couverture fessue de son Journal, qu'on pouvait voir dans les catalogues France Loisirs des années 80.
Boucle d'Or, par contre, je connais bien, et j'aime beaucoup. Y compris l'interprétation donnée par Bettelheim dans Psychanalyse des Contes de fées.
Le lien entre elles ne me saute pas aux yeux, l'exact mitan encore moins.

ovsf

Je dirais plutôt que Véronique Ovaldé et Joann Sfar jouent ici à Tim Burton, Mathias Malzieu, et autres auteurs de 'gothique lisse' (?)...

Je me demande à qui s'adresse l'ouvrage. Je l'ai trouvé au rayon 'BD adultes' de ma médiathèque. J'ai d'abord eu l'impression d'être dans un conte pour enfants, mais avec des clins d'oeil trop appuyés aux années 80 pour qu'un jeune public s'y retrouve.
Les épreuves imaginées par cette drôle de gamine mettent rapidement mal à l'aise, évoquant les défis dangereux lancés entre ados sur Internet, rappelant également le film 'Jeux d'enfants' (Yann Samuell, 2003). 

Les dessins, c'est du Joann Sfar, pas de bol quand ce sont ses textes qu'on apprécie dans ses BD (série Le chat du Rabbin).
Le texte, c'est du Véronique Ovaldé. J'ai savouré ses premiers romans, j'ai découvert récemment avec sa nouvelle publiée dans la dernière édition de '13 à table' que la pléthore d'enchâssements dans ses récits est insupportable si on se focalise dessus.
L'alliance des deux m'a paru criarde comme un duo mal accordé, et redondante.

Ce billet bordélique devrait refléter ce que j'ai ressenti pendant ma lecture (déception, ennui, perplexité, malaise croissant) et le goût amer que je garde après avoir refermé l'album.

__

agenda2

2 & 3 déc. - emprunt mdtk