filles des oiseauxDargaud, 16 mars 2018, 52 p.

floc

♥♥♥

Elles se sont connues à treize ans, dans les années 60, dans un pensionnat catho normand. Et nous, on les a découvertes dans le premier volet de 'Filles des Oiseaux' (2016).
Les parents de Marie-Colombe était des bourgeois aisés, ceux de Thérèse, des agriculteurs. Malgré leurs différences, elles sont devenues amies. Leur complicité et leurs fous rires les ont aidées à supporter la rigidité et l'austérité de l'internat et des 'bonnes' soeurs.
Mai 68, elles l'ont 'fait' ensemble : sex'n drug'n rock'n roll...

Ensuite, chacune a suivi sa voie. Thérèse, plus rangée, Marie-Colombe plus fantasque. 
Toutes deux ont eu des vies tumultueuses, elles se sont éloignées, perdues de vue, elles ont traversé des galères qui les ont rapprochées - chacune épaulant l'autre dans les moments difficiles.
Elles ont aujourd'hui plus de 60 ans et se souviennent. C'est l'occasion de se rappeler les bonnes rigolades et les désaccords, de faire quelques mises au point à froid.

Une belle histoire d'amitié qui a traversé les décennies et résisté au tourbillon de la vie.
Série drôle et émouvante, à découvrir si on n'est pas trop rebuté par le dessin lourd de Florence Cestac.

___

agenda2

21 déc. - emprunt mdtk