plein grisPocket Jeunesse, PKJ, janvier 2021, 200 p.

♥♥

Il préfère la haine en mer / C'est juste une question de tempo... ♪♫ Bâbord, tribord... ♪♫
Histoire de meubler le billet (voire de gagner 2 points, qui sait, sur l'insigne mer) : facile de savoir que bâbord, c'est gauche, et tribord, droite, grâce à ce moyen mnémotechnique : dans le mot 'batterie' (ba-tri), ba est à gauche, tri à droite...

J'avais envie de poursuivre ma découverte de Marion Brunet.
Il me restait :
Sans foi ni loi, mais je déserte les westerns ;
Plein gris, mais je passe au large des histoires d'hommes qui prennent la mer et de mer qui prend les hommes (et femmes).
J'ai quand même cédé à la tentation. Pif-pouf, ça sera pas toi que je lirai pas. Mauvais choix. Les termes de navigation m'ont perdue, la tempête m'a fait boire la tasse, j'ai suffoqué, je me suis ennuyée, j'ai trouvé le côté "aventure-action" lourd, pénible, interminable, et ces gamins plutôt idiots m'ont saoulée.

Hâte d'arriver à la fin pour savoir pourquoi/comment ce cadavre des premières lignes et surtout en finir avec cette histoire glauque.
La traversée est longue, et les personnages sont malheureusement gommés par le cadre et les péripéties.
Or, ce que j'apprécie tant, chez Marion Brunet, ce sont ses portraits si subtils et 'habités', les interactions entre protagonistes, le contexte social. Pas grand chose de ce talent, ici...

Lire plutôt Vanda, Dans le désordre et L'été circulaire...

___-

agenda2

10 & 11 août