c'est aujLes Arènes BD, 30 janvier 2019, 75 p.

♥♥

Ça doit être embarrassant d'avoir un pote qui vous demande d'adapter en BD un de ses romans (autofiction ?) complètement creux.
Je plains Rabaté, sur ce coup-là.

François Morel peut avoir du talent, ses chroniques sur France Inter sont parfois jolies, mais il m'agace depuis que, grisé par son succès, il a commencé à surjouer dans les Deschiens.

La préface de l'album annonce : « Nous proposons donc à nos éventuels lecteurs une plongée dans les années Pompidou-Giscard, avec leurs sous-pulls en acrylique, leurs 404 Peugeot et leurs 4L, leurs posters de Mike Brant, (...) les canevas de chiens encadrés sur les murs du salon. »
Je me suis bien calée dans mon canapé, prête à revivre mes 70's. Mais je me suis juste barbée de long en large, avec cet ado vaguement amoureux, surtout obsédé, et récitant le Notre Père pour "sauter, reluire, artiller, enfiler, chevaucher, envoyer la fumée..." au plus vite.

Le scénario est tellement pauvre que le talent de Rabaté (notamment son humour) ne rattrape pas le coup.

     PS : les premiers personnages Playmobil ne sont apparus qu'en 1974.

____

agenda2

24 sept. - emprunt mdtk