polisseMr :

Un bon film, tour à tour dur et agréable grâce à un bon dosage entre des moments difficiles, éprouvants et des traits d'humour. Quelques longueurs cependant, notamment la scène où Joey Starr danse *, ainsi que celle (peu réaliste) du transport des enfants roumains vers leur centre d'accueil.

On perçoit bien la difficulté des agents de la BPM à oublier momentanément les dossiers sur lesquels ils travaillent, et les personnages qu'ils y croisent (victimes et délinquants), ainsi que les inévitables répercussions que cela génère sur leur vie privée.

A voir !

(* aparté de Canel : suis pas d'acc, il est très sexy, JS, quand il danse Tire la langue ... pour une fois De retour dans quelques minutes )

Canel :

Un film qui commence et finit durement. Et au milieu ? on est ballotté entre larmes aux yeux, gros chagrins, colère, indignation, dégoût, haine, incrédulité... et, heureusement, beaucoup de rires libérateurs.

Voici donc le quotidien de la BPM (Brigade de la Protection des Mineurs), sûrement romancé sur bien des aspects, mais surtout tristement réel.

On ne doute pas une seconde :

- du sordide des cas rencontrés

- que ce métier est éprouvant et que la vie personnelle s'en ressent

- que les médiateurs de cas de violence/maltraitance ne règlent pas mieux que les autres leurs problèmes persos (psys, couple, famille)

- qu'il est dur de ne pas prendre certains cas révoltants sur ses épaules lorsque l'administration est impuissante - la "neutralité" du fonctionnaire

En revanche :

- l'ambiance festive et les collègues toujours agglutinés comme s'ils n'avaient pas mille tâches administratives à accomplir... heum. Bon, il y a quand même quelques pétages de plombs réalistes.

- très agaçante, la réalisatrice en parfaite nunuche qui se promène avec son appareil photo au milieu des scènes les plus sordides... Je ne doute pas qu'elle se soit bien documentée sur son sujet mais inutile de se montrer aussi lourdement à le faire

- la police est souvent présentée sous son meilleur jour (sont-ils si câlins en réalité avec les enfants quand ils font une descente chez les Roms ?)

Et bien sûr, très présents dans les cas de maltraitance : pédophilie et inceste

-> le désarroi et la douleur de certains adultes totalement dans le déni, qui pensent vivre une véritable histoire d'amour partagée avec un enfant pré-pubère

-> la morgue d'un haut-placé persuadé qu'il s'en sortira sans dommages et peut continuer tranquillement à abuser de sa fille

-> l'ignorance/la bêtise d'une mère qui croit savoir apaiser un bébé...

Un film particulièrement réussi, servi par d'excellents acteurs très convaincants. On en ressort glacé, muet, révolté, suspicieux envers tous les adultes qui côtoient les enfants...

Pouce levé 4,34,34,34.5/5 -  Horloge  2h07

Le billet de Alain.

Polisse, film de Maïwenn (2011)


Bande Annonce de Polisse de Maïwenn