Anna Politkovskaja, 2010
traduit de l'italien par Marie Giudicelli

Steinkis, 27 août 2016, 128 p.

♥♥

La journaliste d'investigation Anna Politkovskaïa a été tuée le 7 octobre 2006 en bas de chez elle. Célèbre pour son opposition à la politique de Poutine et à la guerre en Tchétchénie en particulier, elle était, à la date de sa mort, la 211e journaliste assassinée en Russie depuis l'élection de Poutine en 2000 (source : Reporters sans Frontière).
Il y en a eu d'autres, il y en aura encore : « En engageant des tueurs à gages qui agissent au beau milieu de la ville, en plein jour, et vont chercher leurs victimes jusque dans le hall de leur immeuble, ils envoient un message clair : nous punissons et nous sommes intouchables. » (p. 219)

Les pages de la bande dessinée évoquent le combat de cette femme engagée et courageuse, son travail d'investigation en Tchétchénie, les mesures de répression subies par ceux qu'elle a interviewés (exécution des "bavards" par des soldats russes), son intervention lors de la prise d'otages au théâtre Doubrovka de Moscou, les tentatives d'intimidation à son encontre (censure de ses articles, menaces de mort)...
La préface et la postface complètent bien le propos, en précisant le contexte politique russe de ces dix-sept dernières années qui ont vu reculer les droits de l'homme et la liberté d'expression.

Un bel hommage à Anna Politkovskaïa qui « ne voulait pas d'une Russie bâtie sur le sang et le mensonge. » (Buchet-Chastel, son éditeur).
Un bon complément au reportage diffusé jeudi 15/12 sur France 2 'Le mystère Poutine'.

agenda 17 déc. - merci à Babelio !