comment je me suis

Actes Sud Junior, 6 mai 2015, 122 p.

GA

♥♥♥♥

J'ai lu que dans son dernier ouvrage 'Le champ de bataille', Jérôme Colin « évoque avec une sorte de drôlerie dépressive cette nuit fatale où la bête dévore l'innocence [de votre enfant] pour en régurgiter un adolescent. » *

Dommage collatéral : l'adolescence de votre cher petit vous métamorphose, vous aussi (dans ses yeux, et parce que vous ripostez, forcément). De bonne fée douce et sucrée, vous devenez sorcière. 

Bête, méchante (forcément, vos exigences, c'est juste pour l'emmerder), trop pauvre pour ses caprices consuméristes, vieille, grosse, moche - poils et pustules sont en option...

Les mères étouffantes, malsaines, envahissantes, cruelles - j'en passe - mises en scène ici par Gilles Abier rappellent celles de Claire Castillon... Ces deux auteurs ont une même façon de crier 'Mère, je vous hais/aime !'


L'auteur frappe fort et habilement : dans ce 'presque' recueil de nouvelles, la frontière est floue entre coupable et victime.

Qui, de l'ado ou de la mère, est responsable de cette situation désastreuse et visiblement inextricable ? Qui fait le plus de mal à l'autre ? Qui manipule ? Qui prétend aider sincèrement l'autre ? 
Quoi qu'il en soit, tous ces êtres (parents et jeunes) sont en souffrance, d'une manière ou d'une autre.

Joli retournement dans le dernier chapitre, troublant, qui invite encore plus à réfléchir à la responsabilité de chacun lorsqu'une relation à deux s'enlise.


Ouvrage intéressant à proposer à partir de quatorze ans. Ces histoires montrent bien les points de vue, et comment chacune des deux parties peut être toxique, plus ou moins consciemment. 

Une lecture à 4 z'yeux, chez nous, qui a eu le mérite de susciter des échanges mère-fille.

___

agenda2

1e avril

** attention, humour très noir **