qui je suis

mindy

Everything you want me to be, 2017
traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jean Esch
Mazarine, 21 mars 2018, 400 p.

♥♥♥♥♥

La ville de Pine Valley est trop petite pour Hattie, qui rêve d'une carrière d'actrice - sur les planches de New York, a minima. Elle n'a rien contre ses parents, mais si elle veut que sa vie décolle, il faut qu'elle quitte la ferme familiale et le Minnesota. Le plus tôt sera le mieux, avant même la remise du diplôme de fin de lycée.

Adolescence, famille, relations parents-enfants, couple, amour, masques et flirts sur la toile ou IRL, amitié et trahison... Des thématiques rebattues, mais qui me captivent toujours dans le registre 'thriller psychologique' quand elles sont traitées avec subtilité et vraisemblance. C'est le cas ici, la finesse d'analyse de l'auteur m'a rappelé le talent d'Elizabeth George, les premiers ouvrages de Gillian Flynn, 'Tout ce qu'on ne s'est jamais dit' de Celeste Ng, et j'en oublie.

A l'heure du #BalanceTonPorc, j'ai trouvé juste et pertinent le rappel sur le respect mutuel à adopter dans le couple. ** Notamment à l'adolescence, quand on fait ses 'brouillons' pour assouvir sa libido et/ou pour donner le change auprès des autres... **

Deux envies à l'issue de cette lecture : lire Macbeth de Shakespeare (un des fils conducteurs du récit), et faire découvrir ce Qui je suis à ma fille. Des réflexions d'un roman de 2017 ont sûrement plus de portée que des conseils d'une mère qui fut ado, un jour, peut-être, au siècle dernier... 😉

___

agenda2

7 > 9 avril - un grand merci à Iris dont le billet enthousiaste a retenu mon attention,
ainsi qu'à Babelio et aux éditions Mazarine.