le berceau

Flammarion, 6 février 2019, 265 p.

fanc

♥♥♥

Joseph n'a jamais eu le temps de s'occuper de ses deux enfants. Les agriculteurs de sa génération laissaient les femmes gérer la marmaille. Chacun son élevage, et les vaches étaient bien gardées. 
En revanche, à soixante ans passés, retraité, veuf, dispo, il se prépare à pouponner : son fils va bientôt être papa pour la première fois. A quelques semaines de la naissance, Joseph fabrique d'ailleurs le berceau avec amour.

Déjà, là, ça sent bon le vrai bois de l'atelier de mon grand-père, l'excitation et l'angoisse à l'approche d'une naissance. Je m'y vois.

Je m'y vois moins dans la tournure que prennent les événements, mais chut, je ne dis rien, même si la quatrième de couverture dévoile tout, dès la deuxième phrase ! Je n'aimerais pas qu'on me fasse un coup pareil si j'étais auteur. C'est comme si l'emballage d'un cadeau n'en recouvrait que le quart.

Peu importe, passé quelques agacements sur un sujet qui me laisse perplexe, j'ai savouré l'humour, la finesse, les échanges au Canada, notamment . Et Joseph, ce doux géant taiseux aux yeux clairs, je l'ai aimé du début à la fin. M'en fiche qu'il n'ait pas le corps d'un éphèbe de 25 ans - au contraire.

Je peux donc apprécier un feel-good book !
Celui-là est sensible, doux, intelligent et drôle, comme 'mes' Marie-Sabine Roger préférés.

___

agenda2

8 > 10 janvier - merci à Babelio et à Flammarion pour la découverte en AP !

 

 ■  L'avis de Mr

Joseph Lecerf, sexagénaire à la retraite, est veuf depuis quelques années. Père de deux enfants, il attend son premier petit-enfant, et en est très heureux. Il a d'ailleurs commencé à fabriquer un berceau en bois pour le bébé. C'est facile pour cet ancien agriculteur qui a le goût du travail bien fait et sait bricoler. Un accident survient : les plans - pas ceux du berceau - tombent à l'eau. Joseph ne jette pas l'éponge pour autant…

Ce roman aborde des thématiques sérieuses, parfois polémiques, avec beaucoup de finesse (mort, deuil, homosexualité, parentalité, Gestation pour Autrui).
L'intrigue invite le lecteur à la réflexion sur ce dernier sujet, et l'y accompagne, sans pour autant lui asséner une vérité préétablie/indiscutable. 

Cette lecture est particulièrement agréable, grâce à des personnages attachants, et à un habile dosage de gravité, de légèreté et de tendresse. 
Je n'ai ni pleuré, ni franchement ri, mais j'ai parfois été ému et ai souvent souri, et je n'en demande pas plus.