la tête

Смута ловейше

bok

première parution en 1972 dans 'La Quinzaine littéraire'
   sous le titre 'Les Troubles des temps actuels'
Laffont, 1982
Libretto, 22 août 2019, 86 p.

    lu par Mr

♥♥♥♠♠

Les parties que j'ai préférées dans cet ouvrage (édition Libretto), sont l'avant-propos (14 pages) et le post-scriptum (une page) !
En préambule, l'auteur explique ce qui l'a inspiré, et la manière dont ce court récit a été publié (en samizdat, autrement dit en autoparution) puis diffusé sous le manteau.
Le post-scriptum fait quant à lui partie du récit puisqu'il figure avant le mot « FIN ». L'auteur y impute son oeuvre à Vsevolod Kotchetov, écrivain soviétique membre du PCUS (1912-1973, décoré de l'Ordre de la Révolution d'Octobre, de l'Ordre de l'Etoile Rouge, et deux fois de l'Ordre de Lénine, il était nostalgique de l'ère stalinienne...), dont l'auteur s'est payé la tête (au sens figuré).

L'idée première du récit est amusante et originale : un voleur décide de s'emparer de la tête de Lénine dont la dépouille repose dans un mausolée et fait l'objet d'un culte organisé. Ce « crime » de lèse-majesté est jubilatoire pour tout opposant à la dictature et à la propagande soviétique. Les conséquences de cet événement sont ensuite volontairement outrancières. On s'amuse à lire quelques situations, et les noms des personnages (les généraux Biglov et Sourdinguov, la vieille militante Maria Conspiratovna). La caricature du pouvoir soviétique aurait cependant été largement plus drôle si elle n'avait pas été poussée à l'extrême.

Une lecture amusante, qui peut aider à faire comprendre la manière dont la propagande soviétique a réécrit une partie de l'Histoire, transformant la vie et les actes d'un ancien chef d'Etat.
Les autorités soviétiques et leurs discours étaient ridicules, comme Bokov le souligne. Néanmoins, ce jour, lendemain du décès de Jacques Chirac, les médias et politiques de tous bords n'en font que des éloges, omettant trop l'unique condamnation pénale dont il fit l'objet (et celles auxquelles il échappa.). Gardons-nous donc de donner des leçons au reste du monde…

  •  Merci aux éditions Libretto et à Babelio (opération Masse Critique).