de si bonnes amiesLast Woman Standing, 2019
amygtraduit de l'anglais (US) par Fabienne Vidallet

Robert Laffont, 18 avril 2019
Pocket, 18 juin 2020, 416 p.

« Personne ne veut croire que le monde est comme ça. »
Et l'univers du show-biz en particulier. Ces gens ont l'air tellement brillants, bien-pensants et propres sur eux.
'Comme ça', c'est à dire dominé par des hommes (blancs, en général), machos, voire 'indélicats' envers les femmes ou les très jeunes hommes - euphémisme, ce terme 'indélicat', quand on pense à des mecs comme W3instein, P*lansk!, M*randin!, Bru3l...
Tiens, d'ailleurs, parenthèse sur Patriiick. Pour celles qui s'indignent des accusations portées à son encontre, cet argument est tellement à côté de la plaque : « [Il] n'a pas besoin de droguer les femmes pour baiser. Crois-moi, j'ai assez fait la fête avec lui pour le savoir. » Et si le frisson de ces mecs-là était ailleurs ? Passons. Et puis chut, présomption d'innocence ! Y a même des avocates pour nous le rappeler, alors... 🤐

Le décor de ce polar est atypique, et ça, déjà, ça fait du bien : le milieu des humoristes (stand-up). le sujet central est un peu plus classique : la place des femmes, donc, et les pratiques machistes.
L'intrigue est bien menée et pleine de surprises. J'ai été rapidement accro et impatiente de découvrir le fin mot, à tel point que j'ai passé outre des défauts qui m'apparaissent maintenant (l'épisode spectaculaire du box).

J'ai aimé les réflexions sur le sexisme, les violences envers les femmes, la notion de vengeance, mais aussi sur l'humour et la part intime dans les textes d'un artiste.
Et cette idée : « Il n'y a pas beaucoup de différence entre un troll et un mec qui perturbe un spectacle. Et qu'est-ce qu'un comique sinon un trouble-fête à qui on a donné un micro ? »

Bonne surprise, qui me donne envie de découvrir les autres romans de cette auteur.

___

agenda2 2 > 4 juillet

 

-