le répondeurQuidam éditeur, janvier 2020, 260 p.
lucb-

♥♥♥

Baptiste a un job alimentaire le jour, et déploie ses talents d'imitateur le soir dans un petit théâtre. La salle est loin d'afficher complet, et le jeune homme s'en voudrait de couler l'affaire de son ami Vincent, propriétaire des lieux.
Aussi, lorsqu'un écrivain renommé (dont il apprécie l'oeuvre et qu'il admire) le contacte pour un travail un peu particulier, de nouveaux horizons s'ouvrent. L'expérience se révèle grisante, Baptiste se prend à ce nouveau jeu de pouvoir.

L'idée de base est géniale, je n'en dirai pas plus, j'ai aimé tout découvrir.
Luc Blanvillain nous parle ici de la célébrité et du revers de la médaille, de mensonge/duperie, de communication, séduction, vengeance, double, copie, parodie. Il présente également le petit entre-soi littéraire, artistique (show-biz, peinture...) et médiatique...

Le portrait de Baptiste est convaincant (double portrait avec mise en abîme amusante) : jeune homme timide qui s'enhardit, personne honnête et altruiste tentée d'avancer les pions d'un autre pour son bénéfice personnel. Son jeu de marionnettiste, tour à tour improvisé et calculé, est souvent jubilatoire.

J'ai évidemment pensé à Cyrano (d'ailleurs cité par l'auteur) et au travail de nègre littéraire tel que nous l'avait présenté Pascal Fioretto sur un salon.

Dommage que l'intrigue s'essouffle sur un dernier tiers poussif (les éditeurs imposent-ils aux auteurs un nombre minimal de pages ?). Mais le final m'a bien plu.
Quoi qu'il en soit, je conseille ce roman original, fin et drôle.

___-

agenda2

24 > 27 avril  • sélection Cezam 2021 •