un_avion_sans_ellemichel_bussi

Lylie, qui es-tu ? Lyse-Rose de Carville ou Emilie Vitral ? Quel bébé a survécu au crash d'un avion en provenance de Turquie dix-huit années plus tôt ? Les deux familles potentielles s'interrogent et s'entre-déchirent. Un détective privé qui y travaille depuis le début s'arrache les cheveux. Pourtant il a cherché méticuleusement, passant tout au crible, au tamis même, de la Turquie à la Franche-Comté, pendant toutes ces années... Le jour des dix-huit ans de Lylie, l'énigme n'est toujours pas résolue, ni pour lui, ni pour personne. 

Chapeau au travail de l'auteur, parti de la célébrissime chanson presque éponyme de Charlélie Couture qui cartonnait en 1980, date du début de "l'affaire" ici présente. Quelques références subtiles à ce texte à plusieurs reprises (gageons d'ailleurs que l'air et les paroles vous accompagneront tout au long de cette lecture, voire les jours suivants)... L'intrigue est vraiment habile, brillamment construite, très logique. Le lecteur est promené d'une piste à l'autre, il croit entrevoir la solution, le gros malin - eh non ! Quelques rappels sur l'époque contribuent à nous ancrer dans les années 80 et 90 : l'élection de Mitterrand, les "tubes", les émissions TV... Bref, ce thriller est l'oeuvre d'un perfectionniste. Après, tout dépend des goûts, mais j'avoue ne pas aimer cette manière dont le suspense est entretenu. Qu'on me brandisse une promesse de réponse pour les pages suivantes pour la retirer aussitôt, façon : "tu l'auras (l'info), tu l'auras pas, tu l'auras, tu l'auras pas...". Ca peut agacer et décourager, au lieu de donner envie d'avancer rapidement.

Un très bon moment de lecture malgré tout, qui m'a rappelé mes Bernard Werber préférés, et surtout Un long dimanche de fiançailles (Sébastien Japrisot). Grâce à ce roman, je redécouvre avec plaisir depuis quelques jours la chanson de Charlélie Couture, je l'écoute différemment, tout émue en pensant à deux protagonistes en particulier.

15/20 - Horloge  29 avril au 2 mai - superbe couv très explicite mais sans spoiler (libellule, journal, avion, nuages)

Une lecture commune surprise avec Edea - son avis est mitigé. Awa s'est régalée.

Un avion sans elle, Michel Bussi, Pocket, mars 2013, 570 p.

-- ON m'avait dit :

"Ah tu verras, tu verras
ce livre tu aimeras,
tu verras, tu verras
du suspense tu auras
tu verras, tu verras
Paris tu visiteras
tu verras, tu verras,
des doutes tu auras,
tu verras, tu verras...
quand minuit sonnera
tu verras, tu verras
scotchée tu resteras,
tu verras, tu verras..."

-- ON m'avait dit aussi :

"Oui, cet "Avion sans elle"
Je l'ai lu sans répit
Oh oui j'ai frémi pour celle
Qu'on appelle Lylie
Et même même
Si t'es moins emballée
Oh oui je peux parier
Que t'iras jusqu'au bout
Ouh ouh...."

ON, c'est Sandrine ! Je lui avais promis, suite à un drôle de billet délateur :
 
"Attends un peu, la vengeance est un plat qui se mange froid"

smiley_id156824

... et ON m'a dit que Les Nymphéas noirs est encore meilleur, alors je vais me le procurer, car ON me donne très souvent de bons conseils. Emoji

Je remercie messieurs Claude Nougaro et Charlélie Couture pour leur contribution à ce billet.

------ Challenge thrillers et polars de Liliba, 47e ------

dernier récap des lectures de TOUS les participants fin mars ici (plein d'idées à piocher !) -

challenge_thriller_liliba