le loup peint

Les éditions du Toucan, 2016
Le Livre de Poche, 4 janvier 2017, 480 p.

♥♥♥♥ 

Vincent Galtier et sa femme ont perdu leur fils unique neuf mois plus tôt ; le couple est au bord de l'implosion. Après ses journées de travail de vétérinaire, Vincent va se consoler et se détendre chez sa maîtresse.
Cette nuit-là, il aurait mieux fait de rentrer directement chez lui. Il échappe de peu à un accident en traversant une forêt, et lorsqu'il arrive miraculeusement vivant dans son 'home sweet home', le cauchemar éveillé continue.

La mise en place est un peu lente pour qui n'apprécie guère l'action virile, les courses poursuites, les presque-morts qui galopent encore comme des lapins.
Après une centaine de pages, la trame de l'histoire se dessine enfin, avec des thèmes que l'auteur semble affectionner (mais je n'ai lu pour l'instant que Enfermé.e) : sujets de société (dont le viol), et séduction comme arme de vengeance.

L'intrigue est ensuite captivante, addictive, et la dernière question en suspens poursuit longtemps le lecteur. Car comment dirait Marc L, « Et si c'était vrai ? » - ou aussi facilement réalisable…

Je vais continuer à découvrir Jacques Saussey, dont j'aime les idées, le style, les personnages blessés et les clins d'oeil touchants aux gens qu'il aime (parsemés dans l'histoire comme Norek et Colize, et/ou cités dans les remerciements). 

___

agenda2

14 > 17 nov.