jeudi 2 juillet 2020

~ Il est des hommes qui se perdront toujours, Rebecca Lighieri

P.O.L. Editeur, 5 mars 2020, 384 p. ♥♥♥♥♠ Qui peut encore croire que la misère est moins pénible au soleil ? Avec ce roman, on oublie l'idée, si elle nous a effleuré un jour. Nous sommes à Marseille, dans les années 80-90. La famille Claeys vit dans une cité défavorisée. Mais peut-on parler de famille, d'ailleurs ? Karel et Hendricka, les deux aînés, sont superbes avec leurs yeux clairs, leurs grands cils, leur teint de pêche et leurs jolies boucles - mélange parfait d'ancêtres belges et kabyles. Mohand, le petit dernier, souffre... [Lire la suite]
Posté par Canel à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 1 juin 2020

~ Ciao Bella, Serena Giuliano

Le Cherche Midi, 2019Pocket, 5 mars 2020, 270 p.♥♠♠♠♠ Je pense [qu'il pourrait arriver le pire à mes enfants],donc je suis [la plus inquiète des mères, alors sûrement la plus aimante]. Vraie angoisse mâtinée de mauvaise foi et de fausse modestie ?Ciao Bella, c'est l'histoire d'une jeune maman qui doutait, qui paniquait, qui crise-d'angoissait et qui allait voir une psy pour apprendre à vivre avec toutes ces entraves, voire à s'en libérer. Elle a découvert qu'elle aimait écrire, a donc ouvert un blog, et avec leurs petits... [Lire la suite]
Posté par Canel à 15:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 30 mai 2020

~ Le Violoniste, Mechtild Borrmann

Der Geiger, 2012Editions du Masque, 2014Le Livre de Poche, 6 janvier 2016, 312 p. ♥♥♥♠♠ L'Armée rouge a contribué à libérer l'Europe du nazisme, mais Staline n'était pas un philanthrope. Il avait même beaucoup de points communs avec Hitler (et d'autres dictateurs que je 'connais' moins) : arrestation et torture d'indésirables, lesquels étaient envoyés dans des camps, spoliés de leurs biens, condamnés arbitrairement à 10 ou 20 ans de travaux forcés - pas de CDD, chez Hitler, on était censé garder son 'poste' à vie... Ce roman de... [Lire la suite]
Posté par Canel à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 6 mai 2020

~ Dans la gueule de la bête, Armel Job

Robert Laffont, 6 février 2014, 312 p. ♥♥♥♥♥ « Il n'est nullement nécessaire d'avoir un coeur mauvais pour causer de grands maux. » Hannah Arendt (in 'Considérations morales') Nous sommes à Liège en 1943. La menace nazie grandit pour les Juifs résidant en Belgique, et des 'Justes' s'organisent pour les cacher. Parmi eux, une organisation catholique. Grâce à ce réseau, la petite Annette/Hanna est placée chez des religieuses, Grégoire/Volko exerce clandestinement ses talents de tailleur chez une veuve, et Nicole/Fannia est accueillie... [Lire la suite]
Posté par Canel à 17:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 2 mai 2020

~ Le Cerbère blanc, Pierre Raufast

Stock, 4 mars 2020, 275 p. ♥♥♠♠♠ Y aura-t-il un avant et un après ? Oui ! Avant, je me régalais des livres de Pierre Raufast. Maintenant, je les éviterai. Ses talents de conteur sont toujours là. C'est juste l'histoire qui déconne. Plan-plan sur 150 pages (c'est long), drôle de mélange ensuite. Pas de récits tiroirs, de poupées russes, d'effet K!nder surprise et d'inventions de génie (les voix antiques sur la terre cuite, par exemple)... qui faisaient le charme de ses précédents romans. Par contre, toujours des anecdotes et des... [Lire la suite]
Posté par Canel à 17:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 25 avril 2020

~ La fille tombée du ciel, Heidi W. Durrow

The Girl Who Fell from the Sky, 2010traduit de l'anglais par Marie de PrémonvilleAnne Carrière, 2011Le Livre de Poche, mai 2013, 290 p. ♥♥♥♠♠ A onze ans, Rachel est une « petite-fille-toute-neuve ». J'aurais plutôt dit « d'occasion et toute abîmée », mais sa grand-mère paternelle qui la recueille après un drame familial a besoin de croire qu'elle repart à zéro. Une page blanche, une feuille vierge. Cette aïeule est aimante et maternante, nul doute, mais souvent maladroite quand elle s'exprime sur la mère de l'enfant. Nous sommes... [Lire la suite]
Posté par Canel à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 19 avril 2020

~ L'amour harcelant, Elena Ferrante

L'amore molesto (1992)traduit de l'italien par Jean-Noël SchifanoGallimard, 1995Folio, 6 février 2020, 220 p.♥♥♥♠♠ Sur les 150 premières pages, le livre pourrait s'appeler : Littéraire : - Ma mère, cette inconnue - La vie de ma mère - La Daronne - Le vieil homme et ma mère - Le silence de la mère (morte) - J'irai cracher sur la tombe de ma mère Chantant : - Allo maman bobo - Maman a tort (de regarder d'autres hommes que papa) - C'est la mère qui prend l'homme - La mère qu'on imagine danser - Maman est en haut, papa la bat[tait]... [Lire la suite]
Posté par Canel à 16:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 15 avril 2020

~ Victor, Michèle Fitoussi

Grasset, 2007Le Livre de Poche, 23 octobre 2008, 374 p. ♥♥♥♠♠ Stagiaire dans un tabloïd, la jeune Alice fait connaissance avec Victor, un voisin octogénaire pas très en forme, qui risque d'être bientôt expulsé de son logement. Et si on trouvait une famille d'adoption pour le vieil homme ? D'une pierre deux coups : - on lui évite d'échouer en Ehpad (ou pire : à la rue) - son histoire et celle de la famille d'accueil pourraient bien passionner les lecteurs de la revue 'Global', et donc faire vendre le torchon. Idée de départ aussi... [Lire la suite]
Posté par Canel à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 8 avril 2020

~ T'es pas ma mère, Prune Berge

Actes Sud, 2001octobre 2002, 85 p. ♥♥♥♥♥ « Je n'ai jamais parlé de toi à personne. J'évitais d'en parler à moi-même. Et me voici en train d'apprivoiser mon silence caché. » Vingt ans après avoir accouché sous X, Anne écrit à Stéphanie, "sa" fille qu'elle n'a jamais revue, dont elle n'avait pas de nouvelles. Des réponses viendront, tardivement, et le dialogue va se (re)nouer entre ces femmes d'une même famille (adoptive et biologique), avec des mots, enfin, pour dissiper doucement les maux, les malentendus. Il me semble que ce... [Lire la suite]
Posté par Canel à 22:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 12 mars 2020

~ Dans la gueule du loup, Michael Morpurgo & Olivier Barroux

Gallimard Jeunesse, 11 octobre 2018, 192 p. ♥♥♥♥♠ Résolument pacifiste, Francis décide de ne pas s'engager lorsque la guerre éclate en 1939. Etant anglais, il doit néanmoins participer à l'effort de guerre. On l'envoie dans une ferme : 'La nation avait besoin de nourriture.' Lorsqu'un de ses proches meurt au combat, Francis part se battre contre le nazisme, lui aussi. La mort dans l'âme, il abandonne sa jeune femme et leur bébé - pour que les générations futures vivent libres. Michael Morpurgo livre ici un documentaire intéressant... [Lire la suite]
Posté par Canel à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]