morte_la_beteCinq pendus sont découverts par des enfants dans le gymnase d'un établissement scolaire. D'atroces mutilations rendent difficile l'identification des corps et freinent donc la progression de l'enquête. Un suspect est cependant rapidement trouvé, son passé oriente les pistes vers une exécution punitive à l'égard de pédophiles. Mais tout n'est pas résolu pour autant, et les investigations vont longuement piétiner ensuite : l'affaire provoque une levée de boucliers anti-pédophilie, la population est du côté des assassins-justiciers et refuse de coopérer avec la police.

A l'instar de l'excellent ouvrage suédois La Bête, ce polar danois propose une réflexion sur la délinquance sexuelle et sur la façon dont l'opinion publique réagit violemment lorsque les media s'emparent du sujet. Le contexte est toutefois très différent. Ici, pas de descriptions sordides, mais quelques chiffres et une évocation des conséquences : traumatisme irrémédiable des victimes, nécessité d'identifier les pédophiles (via internet et les destinations touristiques…) et de leur appliquer des peines aptes à protéger la société. Les auteurs évoquent même brièvement les difficultés d'un homme "repenti" en proie à ces pulsions... Le sujet, intéressant, est subtilement traité, sans sensationnalisme. L'enquête par contre traîne en longueur. Certes les ressorts de l'intrigue l'exigent, mais le tout manque néanmoins de rythme et l'équipe policière ne m'a pas convaincue. Il faut dire que j'ai beaucoup morcelé cette lecture, ceci explique peut-être tout cela ? J'attends donc impatiemment d'autres avis.

Pensif : 3- Horloge  du 10 au 15/03

 

Morte la bête, Lotte et Søren Hammer, traduit du danois par Andreas Saint-Bonnet, Actes Sud, mars 2011, 397 p.