sc_nes_mariage_imminentA tous ceux qui ont connu le bonheur/le stress des préparatifs de leur(s) mariage(s) en grande pompe... et à ceux qui y ont échappé...

Liste des invités, faire-part, choix de la salle, de la musique, des vêtements, de la coiffure de madame, des cadeaux, plan de table, voyage de noces... Autant de raisons de se prendre la tête, de camper sur ses positions, donc de s'engueuler... et de ce fait excellent test de résistance de votre couple !

N'oublions pas que les parents des futurs mariés ont parfois l'outrecuidance de s'en mêler (bon, un peu normal s'ils contribuent aux frais), ce qui n'est pas pour favoriser l'harmonie entre les deux tourtereaux, déjà à cran d'avoir fait tant de concessions. C'est ainsi qu'on va devoir inviter tata Germaine qui s'endort à table en ronflant/bavant et l'inénarrable tonton Augustin qui sort ses blagues de Q pourries après quelques verres. Bah quoi, c'est la fête, non !?

Côté fond : amusant et confortera les uns dans la décision de ne pas se marier, rappellera aux autres de bons/mauvais souvenirs.

Côté forme : parfait pour trimballer dans la poche (13 x 15 cm) mais difficile à décrypter pour les presbytes tant l'image et le texte sont petits.

Visage  14/20 - Horloge  20 & 21/08

Scènes d'un mariage imminent, Adrian Tomine, Delcourt, avril 2011, 53 p.  < emprunt mdtk >

Extraits

- Ma mère demande si on veut des percussions taiko pour le mariage
- Heu... ouais... ça peut être chouette
- Ouais, mais tu te souviens pas ? Ta mère veut des joueurs de cornemuse, et c'est ce qu'on avait décidé !
- Ah ouais...
- Eh ben faisons les deux ! Comme ça ils feront un boeuf ensemble !
- Ben tiens ! c'est exactement ce que je voulais pour mon mariage : une bande de types avec des slips en feuilles de banane qui s'éclatent avec une autre bande de gugusses en jupe !  (p. 20)

- Heum... Cette boutique est remplie de couples qui viennent enregistrer leur liste de mariage !
(...)
- Quel étrange rituel ! Dresser la liste des choses chères qu'on veut se faire offrir !  (p. 37)

Je dis juste qu'on pourrait établir une sorte de no man's land entre le petit coin tranquille des Asiatiques qui ne boivent pas et celui plus bruyant des Irlandais alcooliques de la côte Est.  (p.22)