les jolies choses

Editions Grasset & Fasquelle, 1998
Le Livre de Poche, 253 p. pour la présente édition.

♥♥♥♥

Dans tous les romans et nouvelles de Virginie Despentes que j'ai lus* j'ai trouvé :
- des mauvais parents ou une ville 'pécrave' de province (sic) qu'on cherche à fuir
- une personne en colère
- un mec mou mais sympa, de bonne volonté, cool, craquant, le copain idéal
des gens qui bossent dans la musique
- une (ex) actrice porno
- une fille divinement bien gaulée, qui donne l'impression à chaque gugusse qu'elle aime « ça », qu'elle en redemande, qu'il est L'homme de la situation, le seul à la faire grimper aux rideaux comme ça... mais s'il savait...

Tous ces gens boivent beaucoup de bière - et pas que -, fument beaucoup de joints, se font pas mal de rails, sont donc souvent défoncés, et baisent beaucoup, à jeun ou chargés...
NB : il suffit d'avoir lu un texte de Despentes pour comprendre pourquoi 'baiser' est plus approprié que 'faire l'amour', comme terme - même si, parfois... 

Avec ce type de personnages, Virginie Despentes réunit les conditions pour évoquer un de ses sujets fétiches : la complexité de la condition féminine - rivalités entre filles et relations hommes/femmes.

Ce n'est pas du #BalanceTonPorc, VD est beaucoup trop subtile pour donner dans le manichéisme. Tout le monde en prend pour son grade : le mâle dominant, certes, mais aussi la femelle qui entre dans ce jeu pervers de séduction et de soumission/domination pour y gagner reconnaissance, pouvoir, argent. A-t-elle le choix ? Oui, en tout cas dans cette histoire, où Despentes évoque joliment l'importance de « se respecter » soi-même... 

Si on a d'abord lu la trilogie Vernon Subutex, on peut trouver les premiers romans de l'auteur décevants. Il manque en effet le contexte socio-économique, qui ne figure qu'en arrière plan, via des parcours de losers - qui rêvent de devenir les winers qu'ils côtoient.
'Les jolies choses' date de 1998, l'auteur a évidemment gagné en maturité et en assurance depuis (on apprend quand même quelques trucs au cours des vingt années qui filent à toute vitesse entre la trentaine et la cinquantaine).
Quoi qu'il en soit, Virginie Despentes a toujours été douée pour les portraits, les dialogues, les interactions. Ça balance et ça claque, tout est finement observé et restitué avec acuité et humour. J'ai particulièrement savouré une scène nocturne, décrite à travers un regard à la fois naïf, étonné, distant et très lucide.

Un grand merci, Iris, pour cette lecture commune et nos échanges. J'avais commencé à lire ce roman en 2010, mais l'avais abandonné rapidement, parce qu'il ressemblait trop à l'intense 'Bye Bye Blondie'. J'y ai trouvé beaucoup de jolies choses qui m'ont émue, amusée. Et de bien laides, aussi, qui m'ont indignée...
Quand tu veux, Iris, pour une LC de King Kong Théorie, que je redécouvrirai avec plaisir, et d'un autre oeil, maintenant que j'ai lu les fictions de l'auteur.

* tous sauf Les chiennes savantes.

___

agenda2

15 > 18 avril