susieSi vous vous demandez comment vous allez faire pour sortir indemne des années tumultueuses de vos adolescents chéris... bienvenue ! Si vous êtes (pré)ado, sachez quant à vous que vous devez supporter votre mère pour le meilleur et pour le pire, depuis votre naissance et pour quelques années encore... Ce livre est donc pour vous, chère mère et cher(e) ado.

Susie Morgenstern fait l'inventaire des différentes tares dont nous affublent nos jeunes : trop aimantes, étouffantes, trop vieilles, trop radines, trop dirigistes, trop inquiètes, trop coincées, etc. - vous vous reconnaîtrez à plusieurs reprises, ça ne fait aucun doute ! Le texte est aéré et agrémenté de lettres d'ados (fictives ?) et d'illustrations colorées. C'est plein d'humour et de sagesse, amusant donc pour les mamans, et propice à la réflexion de nos petits (déjà si grands), et aux échanges, pourquoi pas, entre les deux générations.

Un seul reproche : le père me semble trop occulté, malgré un passage intéressant qui dédramatise les petites disputes du couple parental.

Une mère, comment ça aime ? - Susie Morgenstern, De La Martinière Jeunesse, Oxygène, mars 2006, 110 p.

Allez, je n'y résiste pas, je vous livre ce que j'ai envie d'en retenir (je me suis abstenue de souligner ces passages directement dans le livre, de crainte d'agacer junior s'il le lit) :

"Elle t'énerve quand elle a raison, mais, il faut l'admettre, elle a souvent raiosn ! Elle trouve toujours une solution, elle tranche vite... parce qu'il le faut. Elle n'a pas d'autre alternative que de mettre tout en oeuvre pour résoudre ton problème. Elle a de l'expérience. Elle te connaît. Elle est dévouée à ta cause. Elle s'est engagée à vie à être là pour toi. Tu es sa priorité absolue." (p. 34)

"Une mère aime chacun de ses enfants autant qu'un être humain peut aimer un autre être humain. Aimer, c'est un élan vers une autre personne sans autre salaire que l'amour même. Aimer, c'est prendre la personne telle qu'elle est et non pas telle qu'on voudrait qu'elle soit. Aimer, c'est accepter l'autre. L'amour est chaque fois illimité et infini. On n'a pas une quantité d'amour qu'il faut partager comme les parts d'un gâteau." (p. 47-48)

" Elle ne veut pas que tu oublies que tu fais partie des privilégiés de cette terre. Tu manges à ta faim, tu as un toit, tu es habillé. Elle souhaite te donner une conscience morale en te faisant penser aux autres, moins fortunés." (p. 82)

" Elle sait que tu as un grand besoin d'être accepté par tes pairs et d'appartenir à un groupe, et que tu es prêt à sacrifier quelques petites valeurs familiales pour y entrer. Mais elle a peur que tu prennes des risques inconsidérés justement pour t'intégrer dans une bande. Elle craint que tu ne sois mêlé à des activités dangereuses. Elle connaît le pouvoir des mauvaises influences." (p. 94)

Ca peut sembler gentillet comme ça, mais ce sont d'après moi des paroles importantes qui méritent d'être formulées...