des_fourmis_dans_les_jambes

► L'avis de Canel :

Publicitaire, Alex ne travaille plus qu'à temps partiel, chez lui : il est atteint de la sclérose en plaques depuis une dizaine d'années. Sa femme est au chômage, cherche un boulot dans la communication, ne semble en trouver qu'à Nantes. Il faudrait donc que la petite famille quitte Paris, mais Alex y est farouchement opposé. Il y a toujours vécu, à proximité de ses amis et de sa famille...

Témoignage honnête d'un homme en proie à la maladie, à la douleur et à une invalidité croissantes. L'auteur n'hésite pas à se montrer sous un angle peu reluisant : cynique, grincheux, agressif, égoïste. Il ne cache pas son humeur sombre et son ressentiment envers les autres, ses coups de colère contre tout et tous, y compris sa femme et leur petite fille.

Intéressée et touchée par cet aspect (et la postface médicale), j'ai en revanche été agacée par l'opposition simpliste et manichéenne province/Paris, la peinture idyllique de Nantes et de ses "indigènes". Certes, c'est une ville très agréable - j'ai ressenti cette impression de villégiature en m'y installant après quelques années parisiennes - où les infrastructures sont particulièrement accessibles aux handicapés. De là à n'y voir que des gens sympathiques, chaleureux, à l'écoute - parfois à la limite du "simplet"... alors que les Parisiens seraient des mufles... Non. Ici aussi, on "oublie" de laisser la place aux personnes âgées, femmes enceintes et invalides dans les transports en commun ; ici aussi les médecins peuvent être débordés, expéditifs et désagréables... entre autres détails.

► L'avis de Mr :

Le graphisme de la couverture, colorisé, a d'abord attiré mon attention. J'ai donc été d'abord un peu déçu par les planches en noir et blanc, un peu moins agréables au regard.

Alex est atteint de la sclérose en plaques depuis plus de 10 ans. Il décrit très bien les difficultés qu'il éprouve à supporter l'incompréhension des personnes valides, l'égoïsme de certains, la compassion déplacée des autres, les douleurs que sa maladie lui occasionne pendant ses "poussées", ses propres humeurs... La manière dont il se décrit lui-même ne me l'a pas rendu très sympatique, même si l'autodérision et l'humour dont il agrémente son récit redorent un peu son image. 

Quoi qu'il en soit ce livre fait mieux connaître cette maladie et ce qu'elle implique pour les personnes qui en sont atteintes et pour leur entourage, d'autant plus que dans une postface de 4 pages un médecin donne quelques explications supplémentaires à son sujet.

Intéressant.

< emprunt mdtk >

Des fourmis dans les jambes, Arnaud Gautelier & Renaud Pennelle, Emmanuel Proust, Atmosphères, avril 2012, 140 p.