les beaux étésDargaud, 4 septembre 2015, 56 p.

♥♥

Pour cartonner au rayon BD en période estivale :
- prenez une famille moyenne des années 70 qui a du mal à joindre les deux bouts, donc qui s'entasse à cinq dans une 4L
- collez-les sur la route des vacances - de la Belgique au sud de la France, via la Nationale, ça dure plus longtemps
- mettez deux soeurs qui se chamaillent à l'arrière de la voiture et une autre qui écorche les mots comme un bébé (normal, c'est presque encore un bébé)
- poissez l'ambiance entre les parents, faites couler des larmes sur les joues de la maman
- ajoutez un cancer dans la famille, un truc bien avancé, qui ne laisse plus d'espoir
- parsemez de quelques gros gags (comment garder SON coin pic-nic, façon Brasseur dans 'Camping') pour dissiper l'émotion qui a failli gagner le lecteur
- allumez l'auto-radio de la 4L ou le transistor Radiola sur RTL ou Europe1 pour entendre 'La maladie d'amour' ♪♫ et autres tubes de l'époque
- affublez la maman d'une frimousse à la Sophie (in 'Les vieux fourneaux', Lupano & Cauuet)
- et surtout, surtout, signez bien Zidrou - avec ses 4, 5, 6 parutions par an, c'est devenu un incontournable de la BD. D'aucuns diront que ça prouve qu'il est génial, d'autres penseront que ça explique que ses scénarios soient si superficiels et diablement démagos...

Du duo Zidrou & Lafebre, j'ai préféré La Mondaine.
Il m'arrive d'apprécier Zidrou dans son registre émotion (Le roi de Prusse, Le beau voyage...).

agenda 17 juillet - merci à l'ECL.