cahiers ukrainiensLu par Mr :

Cette bande dessinée raconte des parcours de vie de quelques Ukrainiens représentatifs, décrivant ainsi les tragédies qu'a connues ce pays depuis le milieu des années quarante : de la collectivisation forcée et l'extermination d'un peuple sous Staline (notamment en l'affamant) à la catastrophe de Tchernobyl, en passant par la seconde guerre mondiale et sans oublier les difficultés créées par l'éclatement de l'Union soviétique.

Des rappels historiques sont particulièrement bienvenus et permettent souvent d'appréhender le contexte dans lequel les témoins entendus par l'auteur ont vécus. Il est dommage que ce travail d'explication ait été un peu oublié à propos de la catastrophe de Tchernobyl, présentée uniquement par quelques anecdotes et par la fin de vie d'une victime. Sur ce dernier sujet, je recommande la bande dessinée Чернобыль Tchernobyl, La zone  de Natacha Bustos & Francisco Sanchez, ainsi que le recueil de récits La supplication  de Svetlana Alexievitch.

Cette bande dessinée est sans concessions à l'égard du stalinisme, mais elle n'omet pas de présenter des conséquences économiques et sociales des conditions dans lesquelles la chute de l'Union soviétique s'est déroulée en Ukraine. 

En fin d'ouvrage, l'auteur dresse la liste de 14 pays reconnaissant en 2010 que la famine déclenchée par la dékoulakisation des années 1932 et 1933 a été un crime contre l'humanité. On y retrouve notamment l'Argentine, la Belgique, le Canada, la Géorgie, l'Italie, des pays baltes, la Pologne, les Etats Unis et le Vatican. La France est absente de cette liste. Pourtant, certains de ses représentants semblent s'intéresser à l'Histoire quand il s'agit de faire reconnaître le génocide arménien... Il est vrai que la France a accueilli des Arméniens, que nous somme en période de campagne électorale, et que la Turquie est un pays dont la population est majoritairement musulmane (à lire sur le génocide arménien : Le génocide des Arméniens, Anne Dastakian et Claire Mouradian et Le crime de silence, Le génocide des Arméniens - Tribunal permanent des peuples).

Du même auteur et dans la même collection, je recommande aussi Les cahiers Russes.

Merci Canel !

Les Cahiers ukrainiens [mémoires du temps de l'URSS] - Igort, Gallisol, juin 2010, 167 p.